Concours complet CCE, tout savoir de ce sport équestre

Le CCE (concours complet d’équitation) est le sport équestre le plus complet, comme son nom l’indique ; trois épreuves se succèdent : le dressage, le cross et le concours hippique (CSO). Le dressage permet de valider le bon emploi des aides du cavalier et la qualité de dressage des chevaux, le cross vient vérifier la franchise du couple cavalier/cheval et la maîtrise de la vitesse imposée, et enfin le CSO venant révéler l’aptitude à enchaîner un parcours avec une bonne attitude et des gestes techniques justes. Une entente parfaite, dans ces trois disciplines d’équitation sportive, doit être créée entre cavalier et cheval, qui devront passer de la concentration et la sérénité du dressage, par l’endurance mêlée d’adrénaline et de courage du cross pour finir par la dextérité et l'intelligence technique du concours hippique.

Histoire et généralités du concours complet d’équitation

Le CCE voit ses origines dans les épreuves militaires de nombreux pays, appelées en France “concours du cheval d’armes”, organisées dans le but de renforcer le dressage, l’endurance et la force des chevaux. Les premières épreuves de ce genre consistent en une épreuve d’endurance de 30 à 70 kilomètres, parsemée d’obstacles à franchir.

Les courses hippiques d’obstacles, qui existaient avant le concours complet, ont vraisemblablement aussi servi d’exemple pour la création de ce sport équestre. Des obstacles de ces courses se retrouvent dans le CCE, comme les haies, les gués, les contre-bas et contre-hauts par exemple.

Le CCE devient discipline olympique avec les Jeux de Stockholm de 1912.

C’est en Angleterre, que le CCE connaît son grand essor, grâce aux Jeux olympiques de 1948, où une équipe militaire s’est entraînée et préparée pour l’occasion. Par la suite, cette discipline va se développer pour s’ouvrir au monde civil. C’est aujourd’hui, en Angleterre, que l’on peut voir deux des six plus gros concours de complet du monde, des CCI****, le plus haut niveau dans ce sport.

En France, au cours du XXe siècle, ce qui se rapproche le plus du CCE d’aujourd’hui, est le championnat d’armes avec des épreuves de dressage, steeple-chase, randonnée et saut d’obstacles. Surtout pratiqué par des militaires, il faut attendre les années 1980 pour que la discipline s’ouvre et se développe dans les centres équestres.

De nos jours, le CCE est l’une des sept disciplines équestres mondiales agréées par la fédération équestre internationale.

Règlement du CCE

Le CCE regroupe trois disciplines majeures, le dressage, le cross et le CSO. On débute toujours la compétition par l’épreuve de dressage, qui détermine une première note, ensuite, les deux épreuves suivantes, cross puis CSO (ou l’inverse selon le niveau de compétition), viendront ajouter leurs pénalités à cette note, le système de points étant négatif, le cavalier vainqueur est celui qui aura obtenu le score le plus bas.

Chaque épreuve a son système de notation, de points et pénalités qui lui est propre :

Dressage

Cette épreuve est constituée d’un enchaînement de 20 à 25 figures imposées, selon le niveau de compétition. Chaque figure est notée par un ou plusieurs juges, de 0 à 10, 10 étant une figure parfaite et 0 une figure non exécutée. A ces notes, viennent s’ajouter des notes dites d’ensemble, sur la soumission de la monture, son impulsion, ses allures ou la position du cavalier. Ces dernières sont bien souvent élevées d’un coefficient 2.

Une fois ces notes ajoutées, on obtient une note globale qui est soustraite au maximum possible, c’est-à-dire 10 X 20 (ou 10 X 25), et l’on passe donc au système de points négatifs. Une dernière étape consiste à appliquer un coefficient, en fonction du niveau de l’épreuve, et l’on obtient une note correspondant à des points de pénalité. Le but par la suite est de garder cette note comme telle, sans pénalités supplémentaires des deux autres épreuves.

Cross

Selon les pays, le système de pénalités peut varier sensiblement, mais en majorité, ils possèdent tous des principes de base. La première pénalité est le refus, 20 points pour le premier refus, 40 pour le second, et élimination pour trois refus sur un même obstacle ou pour quatre refus sur le parcours. Au vu de la note de dressage, ces points sont très pénalisants, deux refus et déjà les chances de victoires sont quasi nulles. Ensuite vient la chute, elle est éliminatoire, le cavalier doit quitter et rentrer à côté de son cheval et ne plus remonter.

Le temps est aussi une partie prenante du système de pénalités, à chaque cross, selon la distance et la vitesse estimé, un temps dit idéal est déterminé par les juges, le but pour les cavaliers est de s’en approcher. A la fin de la compétition, si deux couples sont à égalité, celui s’étant le plus rapproché de ce temps gagne. Pour les pénalités, chaque seconde au-dessus de ce temps idéal, coûte 0,4 point de pénalité au cavalier. Si le couple dépasse la limite imposée, souvent le double du temps idéal, c’est l’élimination. Enfin un minimal est également imposé, si le couple arrive trop vite et passe sous ce temps minimal, c’est l’élimination.

A la fin du cross, les points de pénalités additionnés, viendront s’ajouter à la note de dressage.

CSO

Pour cette épreuve, le système de pénalité sera celui d’une épreuve simple de CSO pur, sans barrage, avec un temps maximal à ne pas dépasser. Il n’y a pas de temps minimal, mais aller vite ne sert à rien puisque la vitesse n’est pas jugée. Les pénalités sont 4 points pour une barre, 4 points pour un refus et 1 point par seconde de temps dépassé.

Parcours du CCE

Les compétitions de CCE se déroulent très souvent sur une seule journée, deux jours pour le plus haut niveau, ce qui demande une grande organisation du cavalier et son équipe. La journée commence souvent par la reconnaissance du parcours de CSO. Puis le cavalier se plonge dans la concentration de l’épreuve de dressage. Après celle-ci, le cavalier prépare son cheval pour son parcours de CSO. Le temps entre les deux épreuves peut être des fois assez court. Une fois le parcours de CSO effectué, le cavalier va, à pied, faire la reconnaissance du parcours de cross, 2000 à 4500 mètres selon le niveau, il doit retenir chaque virage, chaque abord d’obstacle, chaque contrat de foulée dans les combinés et ceux par tous les temps, soleil de plomb ou pluie abondante et vent. Et pour finir, le cavalier va harnacher son cheval et se présenter à son horaire de départ exact, et se lancer sur le parcours pour le terminer dans le temps impartis. Voilà une journée bien remplie.

Chaque épreuve a son ambiance qui lui est propre.

La reprise de dressage se fait sur une carrière de dressage, délimitée par des lices d’une dimension exacte de 60 x 20 (ou 40 x 20 selon l’épreuve), et entourée de lettres déterminant les figures. Un juge ou plusieurs, selon le niveau de la compétition, sont installés à divers endroits leur permettant d’être les mieux placés pour juger.

Le cross se pratique sur des terrains très variés, puisque déterminé au lieu géographique et topographique de son organisation, sa particularité étant de se dérouler sur des terrains naturels, plaine, bois, gué, buttes, fossés, en sable, en herbe...Tout le long de ce parcours, des obstacles fixes, au contraire du CSO avec des barres mobiles, sont installés sur une distance pouvant aller de 2000 à 4500 mètres selon le niveau de compétition, pour une vitesse entre 500 à 570 m/min (30 à 34 km/h).

Les obstacles de cross ne doivent pas dépasser 1m20 pour la partie fixe, mais ils peuvent être agrémentés de haies par exemple, ou être placés en descente ou montée, devant ou au-dessus d’un trou, ce qui le rend plus impressionnant encore. Certains obstacles, appelés combinés, demandent plusieurs sauts qui se suivent et avec des changements de direction à l’intérieur de ce combiné, ce qui demande une grande réactivité au cheval, mais surtout une entière confiance en son cavalier.

Le CSO, quant à lui, se passe sur une carrière de sable ou d’herbe, comme n’importe quelle épreuve de CSO pur, au détail près que le seul but est de finir avec le moins de pénalités, mais sans enjeu de vitesse, si ce n’est de ne pas dépasser le temps maximal, qui est assez large tout de même.

Compétition de CCE

La FEI (fédération équestre internationale) gère les compétitions internationales, et la FFE (fédération française d’équitation) gère elle les compétitions nationales, mais en respectant les règles de la première. Plusieurs niveaux existent, les CCE (concours complets d’équitation) au niveau national, les CIC (concours internationaux combinés) qui sont de grosses épreuves nationales ouvertes aux autres nations, et les CCI (concours complets internationaux) qui représentent le plus haut niveau de compétition international.

Ce qui sépare les CIC des CCI est la taille du cross, plus long et plus gros, mais surtout l’ajout de trois autres épreuves au cross, dans l’ordre un routier, un steeple et un autre routier plus long, puis le parcours de cross. A savoir que depuis les Jeux olympiques d’été de 2004, les routiers et steeples sont devenus rarissimes, voir inexistants, pour des raisons de santé des chevaux qui devaient fournir des efforts trop importants.

Il faut ajouter à ça une différence de niveau pour les CIC et CCI par des étoiles, jusqu’à 4, par exemple CCI****, la plus grosse épreuve au monde.

Les races pour le concours complet d’équitation

Le CCE est un sport équestre pour des chevaux alliant de multiples qualités, ils doivent être proches du sang, avoir de belles allures pour le dressage et amples pour le cross, être rapides, agiles, courageux et endurants, et bien sûr bons sauteurs pour le CSO et le cross. Il faut un cheval au caractère franc et volontaire, mais aussi calme et généreux.

Les races de chevaux les plus courantes correspondant à ces critères sont les chevaux :

Et pour les poneys, parmi les plus utilisés pour la discipline :

Acheter un cheval de CCE sur LeCavalier.fr : Nous vous proposons sur LeCavalier.fr des annonces de chevaux à vendre de CCE. Pour un niveau amateur ou professionnel, vous trouverez votre bonheur pour acheter un cheval de CCE qui vous correspond.

Chevaux de Complet CCE à vendre

hongre 8 ans, 153 cm
Origine constatée - 8 ans
3 500 €

SUPER JUMENT POUR CLAS...
Anglo arabe - 10 ans
4 000 €

poney CSO-CCE
Connemara - 8 ans
5 000 €

Jument de sport polyva...
Pur sang anglais - 9 ans
6 000 €

Hongre 7ans gros moyen...
Origine constatée - 7 ans
5 500 €

Plus de chevaux de Complet CCE à vendre

A découvrir également